Portraits du sang

Autoportrait du sang (détail), 2022, dessin à partir des images de microscopie d’une goutte de sang vivante, 70 x 90 cm.

Projet 2022

Plongée dans la vie microscopique d’une goutte de sang vivante

Le projet Portraits du sang prévoie une série de « portraits » de personnalités différentes dessinés à partir des images de microscopie d’une goutte de sang vivante prélevée spécialement à cette occasion de chaque modèle vivant. Prolongeant la tradition des portraits d’apparat du XVIIe et XVIIIe siècles et en tenant compte des avancées de la microbiologie, les Portraits du sang proposent une nouvelle dimension du portrait comme genre. Il s’agit de revisiter les images associées à notre identité biologique par rapport aux techniques scientifiques actuelles.

Tissu liquide de notre corps et porteur d’informations spécifiques, le sang s’apparente à un hologramme. Ainsi, l’étude d’une goutte de sang vivante à l’aide d’un microscope spécialisé, fournit désormais des informations différentes par rapport à celles de l’examen standard d’un frottis sanguin (goutte de sang fixée et étalée sur une lame de microscope). Aussi bien que l’observation d’une goutte de sang vivante peut nous renseigner sur l’état psychophysiologique de l’ensemble de l’organisme d’une personne.

Les images de microscopie ainsi que les informations scientifiques délivrées par le chercheur scientifique lors de l’analyse de la goutte de sang seront ici le « point de départ » pour la réalisation d’un « portrait » dessiné. Qu’apporte ici le dessin par rapport aux images de microscopie ?

À partir de l’observation des différentes images de microscopie montrant la goutte de sang étudiée dans ses différentes états, le dessin entremêle des points de vue et des échelles variées. L’attention se porte sur l’aspect identitaire de la goutte de sang observée. Strate par strate et à travers les différents grossissements de l’instrument optique, la goutte de sang révèle ses caractéristiques intimes. Chaque goutte de sang est unique selon sa composition relative à l’état de notre corps : plasma sanguin, globules rouges, globules blancs et plaquettes sanguines.

Le portrait dessiné à partir des observations scientifiques du sang n’illustre pas les images de microscopie, mais se veut être une vision multi-échelle des différents aspects choisis de la goutte de sang. L’accent est mis notamment sur les caractéristiques qui la rendent différente à l’image d’une empreinte digitale. Cette nouvelle façon d’envisager le portrait impose non seulement une nouvelle esthétique mais aussi un autre regard sur la question de l’identité biologique et son image au XXIe siècle.